La tarte gourmande du retour du marché

Hier après-midi, c’était jour de marché pour moi. Rien ne me mets plus en joie quand je fais mes courses que d’aller au marché. Petits producteurs, jolis produits, bonne ambiance, c’est toujours un plaisir ! Et puis je fuis les grandes surfaces de toutes façon…

Bon clairement, sur ce blog, j’ai bien l’impression qu’on va y trouver beaucoup de cuisine. La cuisine, comme le reste de ma vie, je l’aime plutôt simple et conviviale. Simple ne veut pas dire ennuyeuse, ni rapide d’ailleurs, on peut avoir des recettes simples et longues à préparer, je le précise parce que je vais sans doute en publier… J’aime aussi les recettes qui ne demande pas ou peu de produits trop onéreux même si je pars du principe que parfois, on peut s’offrir un très joli produit comme une huile de noisette, une bonne bouteille de vinaigre balsamique, un très bon chocolat, des gousses de vanille de belle qualité, c’est des exemple parmi tant d’autres… Ma cuisine, je l’aime aussi principalement végétarienne mais quand j’ai envie d’un bout de viande ou de poisson, je vais m’en offrir chez le boucher ou le charcutier, pareil pour le fromage. C’est un parti pris de notre part, à chacun de faire ses choix. Voilà, c’était pour la parenthèse du jour !

Pour en revenir à la recette du jour, c’était donc hier, au retour du marché. Je suis revenu avec des légumes, des fruits, de la crème et des œufs.

Une pâte feuilletée dans mon frigo, une demi tablette de chocolat dans le placard, des œufs frais, une belle crème fraîche du fromager et de jolies poires, il n’en fallait pas plus pour y voir une tarte. Une tarte pile dans la cuisine que j’aime, toute simple et délicieuse (à mon goût en tout cas). Du coup, si vous manquez d’une idée de dessert ou goûter tout simple pour le week-end, en voici une.

cuisine, la tarte retour du marché chocolat poire

Tarte poire/chocolat du retour du marché :

 

Préchauffez le four à 180°.

Foncez un moule à tarte avec une pâte à tarte (feuilletée pour cette fois). Faites fonde une demi tablette de chocolat (praliné pour cette fois) et tartinez le fond de tarde avec. Épluchez une à deux poires (selon la taille), coupez-les en deux, enlevez le centre (pépins) et détaillez en lamelles. Répartissez les lamelles sur le chocolat. Dans un bol, fouettez un à deux œufs, avec 1 à 2 cuillères à soupe généreuses de crème fraîche, ajoutez entre 50g et 100g de sucre (selon votre goût). Versez sur la tarte. Coupez l’excédent de pâte (ce qui dépasse du moule), formez des tresses ou autre déco avec et mettez-y sur la tarte. Saupoudrez l’ensemble de sucre et enfournez 20 à 30 min.

Et voilà, simple non ?

Je vous souhaite un bon week-end tout doux.

Publicités

Les coups de coeur #2

Hop, on se retrouve pour une petite sélection de coup de cœur. Je crois que c’est national ou presque mais le froid est arrivé. Forcément moi, ça me donne envie de cocooner sous un plaid, en grignotant des gourmandises, en buvant un bon thé blanc, le tout accompagné d’une musique sympa et en commençant à penser un peu à Noël. Bizarrement, on retrouve tout ça dans les liens du jour.

Inspirations blog

  • Bon, alors pour accompagner votre lecture, je vous propose un peu de musique avec Mélanie de Biasio, un véritable coup de cœur artistique cet été. Je trouve sa voix superbe et la musique apporte à chaque fois un petit truc en plus à l’ambiance de mon petit appartement cocon ♥ Donc si vous ne connaissez pas, soyez curieux.

 

  • Ensuite deux recettes testées déjà plusieurs fois et validées haut la main ici. Elles ont même rejoins mon classeur de cuisine. Tout d’abord des gnocchis de patate douce, hyper simple et ludique à faire, parfait avec une salade garnie et une sauce aux oignons compotés/caramélisés. Et du coup pour le dessert, ce terrible fondant mousseux chocolat/châtaigne (ou crème de marron), une vraie tuerie ! Il se suffit à lui même mais si on est gourmand, une petite crème anglaise… Les deux recettes sont issues du blog de Cléa, je vous conseille de vous y perdre un peu.

 

  • Ensuite, on reste dans la cuisine avec un livre qui vaut largement son investissement, si vous aimez les soupes, je vous conseille Des soupes qui nous font du bien. Elles sont originales et délicieuses. Pour chaque légumes, vous avez plusieurs idées de soupes, on y trouve aussi des recettes d’accompagnement type gressins, crackers…du granola salé, des soupes à base de super aliments, des soupes à partager, en plus de tout ça, le livre est vraiment superbe !

 

  • Ensuite, si vous faites de la couture, vous avez du voir passer la dernière collection d’Orageuse, les modèles sont superbes ! Et le look book complètement wahou à mon sens ! J’ai craqué pour la robe Bristol et j’attends avec impatience l’arrivée de la blouse Prague. Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas eu un coup de cœur comme ça !

 

  • Puisque qu’on parle de couture et que nous sommes sur un blog, deux articles conseils photos. C’est toujours bon à prendre, à tester, à s’amuser. Des jolies photos c’est toujours plus sympa non ?

 

  • J’ai décidé en 2018 de me lancer dans une grande couverture au crochet. Petite Pimprenelle avait fait il y a bien longtemps un article avec des conseils pour couverture au crochet ici, si vous avez envie de vous lancer aussi, j’espère arriver à quelque chose d’aussi grand ou presque que celle-là. Pas de date limite, si ça se trouve elle sera fini dans deux ans… Ça sera Ma Couverture Hapinness 🙂 Et j’ai hâte de m’y attaquer !

 

  • Et Noël approche tranquillement, mon album d’inspirations sur pinterest est ici. Bien évidemment comme tous les ans, entre mes envies et ce que je vais faire, il y aura un énorme gouffre mais c’est pas grave. J’aime l’ambiance de Noël, regarder un film, partager un goûter, toutes les illuminations qui apportent un peu de magie…en revanche, je déteste la débauche de cadeaux et de bouffe ! J’aime quand Noël est chaleureux et simple, je n’ai pas besoin d’un repas 3 étoiles rempli de produits onéreux, j’aime quand le repas est simple, gourmand et chaleureux. Je me souviens encore de mon assiette de Noël faite par mon papa l’année dernière (parce que je ne mange presque pas de viande), des tagliatelles avec une sauce aux morilles (ramassées par mon papa) et un œuf poché parfait ! C’était simple, délicieux et parfaitement parfait !

 

  • Pour Noël 2015 justement, j’avais réalisé des petits photophores comme ici avec des petites boites de conserves. Très simple à réaliser, Tuto express : on remplie la boite de conserve d’eau et on la met au congèle pour faire un gros glaçon, ensuite quand l’eau est bien gelée, on perce des trous avec un clou et un marteau. On laisse l’eau dégeler, on vide la boite de son eau, on la bourre de papier journal/pub…et on la bombe de la couleur qu’on veut, les miennes sont dorées. Et une fois sèche, on a un photophore sympa.

 

Voilà pour aujourd’hui, c’est déjà pas mal non ?

Les petits repas du samedi soir #1

Qui dit samedi et qui plus est jour férié, dit cuisine. Bon ok, ici, je cuisine tous les jours mais généralement la semaine, c’est des recettes simples et surtout rapide et plutôt un peu légères aussi type boulettes de légumineuses, soupes, salades composées… Les recettes généreuses en tout, je les réserve au vendredi soir mais surtout au samedi.

Parce que le samedi soir, je trouve que c’est le meilleur moment pour prendre le temps en cuisine, préparer un bon repas gourmand. Enfin bref, ma semaine culinaire s’organise comme ça parce que ça me convient à moi, pas forcément aux autres. Donc chacun fait comme il le sent.

Alors ce soir, c’est lasagnes, lasagnes épinards/comté, une salade de mesclun/oignon rouge émincé/graines diverses (pavot, sésame, lin, courge…) et tiramisu en verrines au dessert. Jazz radio, tricot, lumière douce et bougies allumées pour le reste de la soirée, on est pas mal non ?

cuisine, lasagnes épinard comté (novembre 2017)

Lasagnes aux épinards et au comté :

 

Pour 4 personnes : 800g d’épinards surgelés * 12 feuilles de lasagnes * 150g de comté * 2 gousses d’ail * 70g de farine (basique) * 80g de beurre * 1 litre de lait entier * noix de muscade, sel et poivre.

 

Dans une casserole, faites décongeler les épinards à feu doux. Une fois qu’ils sont décongelés, passez-les dans un chinois petit à petit, en appuyant bien dessus pour en faire sortir un maximum d’eau et réservez.

Préchauffez le four à 180°.

Faites fondre le beurre dans une casserole, ajoutez la farine en pluie et mélangez une  bonne minute à l’aide d’un fouet. Délayez ensuite petit à petit avec le lait. Faites épaissir pendant 5 à 7 min, toujours en remuant. Salez, poivrez, ajoutez un peu de noix de muscade et les gousses d’ail écrasées. Réservez environ 1/3 de la béchamel et mélangez le reste avec les épinards et 100g de comté râpé.

Dans le fond d’un plat, mettez un filet d’eau et tapissez de feuilles de lasagnes. Recouvrez avec le mélange aux épinards, des feuilles de lasagnes, le mélange aux épinards et ainsi de suite en finissant par des feuilles de lasagnes, la béchamel mise de côté et recouvrez le tout avec les comté mis de côté et râpé.

Enfournez pour 40 à 45min.

cuisine, tiramisu en verrines (novembre 2017)

Tiramisu :

 

Pour 4 personnes dans un plat ou 6 verrines selon leur taille : 250g de mascarpone* 3 œufs * 3cs de sucre * 1 boite de biscuits à la cuillère * du café (j’ai fait une cafetière italienne petit modèle si ça peut vous aidez…) * 4cs d’amaretto * du cacao non sucré

 

Séparez le blanc des jaunes d’œufs. Battez les jaunes et le sucre jusqu’à avoir un mélange blanchi et mousseux. Ajoutez alors l’amaretto et le mascarpone petit à petit, tout en fouettant. Fouettez jusqu’à obtenir un mélange lisse et dense.

Montez les blancs en neige très ferme avec une pincée de sel. Ajoutez-les délicatement au mélange précédent, petit à petit,  en faisant bien attention à ne pas les casser, ça peut être long…Tapissez le fond d’un plat ou de verrines de biscuits rapidement imbibés de café, il ne faut pas qu’ils soient trop imbibés afin de ne pas trop rendre d’eau. Imbibez-les au fur et à mesure du montage du tiramisu. Alternez les couches en finissant par une couche de biscuits et une de crème.

Mettez 2h au frigo minimum. 4h c’est carrément mieux.

Saupoudrez le dessus de cacao non sucré au moment de servir.

 

Et donc voilà une première idée de repas sympa et gourmand.

L’irrésistible cheesecake au citron

Irrésistible, c’est bien le mot, pour moi en tout cas.

Le cheesecake comme le tiramisu, je les ais longtemps mis de côté étant restée sur de mauvais souvenirs. Dirons nous que les premiers que j’ai goûté été des versions industrielles dégueulasses, voilà c’est dit ! Et on va pas se mentir, peut importe la cuisine, pour moi, la version faite maison sera toujours meilleure. D’abord parce que tout simplement, ça part d’un bon sentiment, d’une envie de faire/se faire plaisir et souvent de partager. Bon du coup, les premières fois n’ayant pas franchement étaient inoubliables, j’ai toujours refusé d’en remanger jusqu’à l’instance d’une certaine personne. Version maison, j’ai fini par céder et j’ai découvert que c’était franchement bon finalement le cheesecake et le tiramisu.

Depuis l’un comme l’autre se retrouvent plusieurs fois par an au dessert. On est bien d’accord, il ne faut pas en abuser, sauf si comme moi, vous vous déplacez à vélo ou à pied (on se rassure comme on peut…)…encore que…

Ayant fait un cheesecake au citron hier pour le dessert d’aujourd’hui (le mien se prépare la veille) j’en ai profité pour faire une photo et partager ma recette avec vous. Une recette parmi tant d’autres sur le net, on est bien d’accord. J’ai testé plusieurs recettes et adapté à mes goûts pour obtenir une recette qui me convient parfaitement.

cuisine, cheesecake au citron (novembre 2017)

Cheesecake au citron :

Un cercle à pâtisserie de 17 cm de diamètre (le mien est réglable) * 300g de philadelphia * 2 œufs * 3 citrons * 110g de sucre * 120g de speculos * 40g de beurre * 100g de chocolat blanc

 

A faire la veille.

Préchauffez le four à 150°.

Disposez une feuille de papier cuisson sur une plaque à pâtisserie et posez le cercle à pâtisserie dessus.

Faites fondre le beurre et réduisez les spéculoos en miettes. Mélangez les deux ingrédients ensemble. Ajoutez 30g de sucre et le zeste d’un citron. Mélangez bien l’ensemble et déposez le tout dans le fond du cercle à pâtisserie en tassant bien.

Faites fondre le chocolat blanc au bain-marie et étalez-le sur la base du cheesecake.

Prélevez le zeste de deux citrons. Dans un saladier, mélangez le philadelphia avec le jus de deux citrons et de la moitié d’un troisième, gardez la moitié restante dans un bocal au frigo pour le lendemain. Ajoutez le zeste des deux citrons et le sucre restant. Incorporez un à un les 2 œufs. Mélangez bien le tout et versez la préparation dans le cercle à pâtisserie.

Enfournez 1h dans le four préchauffé. Le centre doit rester un peu tremblotant.

Sortez du four une fois la cuisson finie, laissez refroidir et mettez une nuit au frigo SANS ENLEVER LE CERCLE.

Le lendemain.

Coupez le demi citron restant en fines rondelles. Mettez les dans une casserole, ajoutez 3 grosses cuillères à soupe de sucre, recouvrez d’eau et faites bouillir sur feu doux pendant 15 à 25 min, il faut qu’elles deviennent transparentes mais elles ne doivent pas commencer à brunir, soyez bien attentif.

Une fois qu’elles sont transparentes, sortez-les à l’aide d’une pince de la casserole, secouez-lez délicatement et déposez-les sur le dessus du cheesecake, c’est la déco. Cette étape est tout à fais optionnelle, vous pouvez servir le cheesecake sans les rondelles de citrons « confites ».

Décerclez délicatement le cheesecake. Passez une spatule sur le dessous pour le décoller de la feuille, déposez-le sur un plat de service et dégustez !

Luzerne ou la leçon d’humilité

J’adore les trenchs. Versatiles, intemporels, bref pour moi, ils ont tout pour eux et sont incontournables. Le mien, acheté en prêt-à-porter, ayant rendu l’âme à l’automne dernier, il m’en fallait absolument un nouveau. Ajouté à cela que je souhaite me coudre TOUTE ma garde-robe, c’est là qu’est arrivé Luzerne de Deer and Doe. Tombé à point nommé si l’on peut dire. Bon sauf que j’ai eu du retard au démarrage. Au lieu de l’avoir au printemps, je l’ai à l’automne, bien entamé d’ailleurs l’automne…J’adore l’automne, ma saison préférée ♥

Bref, un baptême approchait à grand pas, il était tant que je m’y attaque. Une semaine avant le dit baptême, on est large non ?

J’ai donc filé en courant au magasin de tissu du coin dans l’espoir de trouver mon bonheur et ce fut le cas ! Youpi !!!!

Couture, trench Luzerne, deer and doe (octobre 2017) #1En fouinant un peu sur les blogs, j’ai vu que certaines avaient rentrée une taille 38 dans 2,70m, je suis donc partie sur 2,70 de sergé de coton noir #PassionNoir, 10m de biais blanc à motifs noirs (ouf) (ma première idée était de mettre du biais en simili noir ou brillant noir mais le magasin ne proposait ni l’un ni l’autre), des boutons cabotine argent vieillit, bref, la totale !

Forte de mon manteau cousu finger in the noze en 2015 (je vous le présenterais), je me suis attaquée à mon trench un peu beaucoup la fleur au fusil comme dirait l’autre. Beaucoup trop. Tellement qu’il m’a remis les pieds directement sur terre. Fini la grosse tête, bonjour le bordel et les boulettes ! Autant vous le dire tout de suite qu’il a fini par me gonfler ce trench et je dirais même merci Rammstein ! Parce que pour le coup, je me suis refais toute la disco en boucle pour me motiver #RammsteinFan si vous connaissez pas Rammstein, allez jeter un oeil ici ou ici attention, âmes sensibles s’abstenir ! Perso moi j’adore !!!! J’ai eu la chance d’aller les voir en concert et s’est carrément dément !!!!!!!!!! Chez moi la musique adoucit les mœurs, c’est aussi une excellente compagne de couture et parfois même de tricot. Et c’est un peu comme si chaque projet avait ou choisissait sa musique idéale.

Et donc, c’est au rythme de Rammstein que j’ai cousu mon trench.

Couture, trench Luzerne, deer and doe (octobre 2017) #3Un trench, ça se mérite. D’abord, on coup les pièces et là, faut avoir la place et la patience, c’est à dire pas un chat qui trouve que ton tissu il est hyper confortable, que les épingles s’est rigolo de jouer avec même si ça pique et qui trouve les ciseaux entrain de couper fascinants ! Alors, d’ailleurs, à noter qu’au moment de couper, j’ai fais une boulette. Je ne l’ai lu nulle part sur les blog alors c’est au choix : ou je suis la plus neuneu de la blogo couture ou certaines n’ont pas jugées bon d’en parler. Au moment de couper vos pièces, la pièce 6 et 11 sont collées, en fait c’est les jupes devant,  il faut d’abord les couper en double ensemble avant de séparer les deux pièces du patron pour pouvoir couper la pièce 11, parmenture jupe devant, en double toute seule (sans la 6), voilà, je sais pas si c’est clair mais peut-être que certaines sont pas futées comme moi et éviteront la boulette.

D’ailleurs, je trouve dommage qu’il manque la nomenclature dans les explications.

Couture, trench Luzerne, deer and doe (octobre 2017) #4Je n’ai pas réalisé les boutonnières passepoilées, j’ai fais plusieurs essais sur les chutes sans jamais arriver à obtenir quelque chose de propre comme je voulais du coup, j’ai laissé tomber. Ensuite, ganser les coutures de biais ne m’a posé aucun soucis, j’ai bien attention au sens de la pose du biais pour avoir une surpique propre sur l’endroit. Bon alors ma Simone n’a pas toujours été très coopérative. Par moment, elle a bien eu du mal à piquer, j’ai du tourner la molette à la main. J’ai même du poser à la main le biais sur les emmanchures ! OUI OUI OUI !!! Vu comme elle a de plus en plus de mal à m’accompagner dans ma couture, je pense que je vais me pencher sur l’adoption d’une remplaçante l’année prochaine, Père Noël si tu m’entends (ben quoi ? On peut toujours rêver non ?)

D’ailleurs Simone, elle était tellement pas contente qu’elle a même refusée de faire les boutonnières putain de merde #MéchanteSimone ! J’ai du pédaler très fort le vendredi en fin de journée pour aller chez ma copine pour pouvoir faire mes boutonnières ET surpiquer la ceinture, le baptême ayant lieu le lendemain…

J’ai surpiqué toutes mes coutures seules sans la parmenture parce que je trouvais qu’avec la parmenture c’était pas très joli à l’intérieur. Et ensuite j’ai cousue la parmenture et je l’ai fixée à l’intérieur avec des petits points à la main. De toute façon Simone n’avait pas trop envie de se fouler, j’ai bien du en faire des choses à la main.

Au final, même si j’ai du y aller à grands coups de Rammstein, de découd vite et de coutures à la main, je suis pas mécontente de mon trench. Je suis bien dedans, il a été prêt à temps pour le baptême. J’ai bien pris conscience aussi que malgré l’amour que j’ai pour Simone, nos routes vont devoir se séparer un jour ou l’autre. Et que si on coud son manteau sans problèmes, c’est pas pour ça que le reste suivra le même chemin.

Et donc, le final : Merci à ma copine pour le prêt de sa machine en urgence la veille du Baptême, la balade au château de La Ferté Saint Aubin (c’est quand même bien sympa le Loiret !) et la séance photo. Merci à Rammstein (oui je sais, ils ne passeront jamais sur mon blog) si ils pouvaient venir faire un concert à Orléans, je dis ça, je dis rien mais je le dis quand même… Coucou à Baptiste le baptisé du jour (ça ne s’invente pas ) et félicitation à ma belle soeur et mon beau frère qui se sont mariés à cette occasion (mariage surprise) ♥

Couture, trench Luzerne, deer and doe (octobre 2017) #7

Gourmandise et simplicité : Les cookies

Que serait la vie sans gourmandise ? sans doute bien triste… Que l’on soit bec sucré ou bec salé, elle nous accompagne dans tous les moments.

Pour ma part, je suis plutôt bec sucré. Vous verrez donc plus de sucré que de salé ici.

Allez, on commence avec de délicieux cookies.

Cuisine, cookies maison (novembre 2017)

Cookies :

 

150g de farine * 75g de sucre * 1/2 sachet de levure * 1 œuf  * 75g de beurre * Garniture au choix (voir après la recette)

 

Préchauffez le four à 180°.

Dans un saladier, mélangez tous les ingrédients sec ensembles, ajoutez le beurre en parcelles et l’œuf, malaxez grossièrement pour avoir un pâte friable qui rappelle la pâte à crumble.

Ajoutez la garniture choisie et malaxez jusqu’à obtenir une belle boule de pâte.

Formez vos cookies et déposez-les en les espaçant un peu sur une plaque allant au four farinée (pour éviter le papier cuisson et ainsi des déchets).

Enfournez 12 min et laissez refroidir sur une grille.

OU alors, comme sur la photo, vous pouvez faire un cookie géant à partager, dans ce cas enfournez 15 min. Le mien a une texture brioché.

Garnitures : pépites de chocolat * pépites de chocolat + fruits secs (cranberrys, raisins secs, abricots secs…) * Chocolat blanc + framboises * Chocolat + fruits (dès de poires, pommes râpées, mûres, myrtilles, framboises…) * Fruits tout seuls * 3 cs de flocons d’avoine + 2 cs de graines de pavot * Zestes de citrons, écorces d’orange confites… * Noix, noix de macadamia, noix de cajou, noisettes… Voilà pas mal d’idées, amusez-vous, testez, inventez et si vous en avez à me soumettre, n’hésitez pas !

Voilà, à vous de jouer, de vous amuser, de tester !

 

La gourmandise commence quand on a plus faim. 

(Alphonse Daudet)

Les coups de cœur #1

Hop, c’est dimanche, un jour que j’aime tranquille, sans bousculade ou pour reprendre l’expression à la mode : slowlife. Il faut dire qu’ici, on aime la tranquillité, la simplicité, le calme de notre petit appartement cocon.

Un fond de musique tout doux, un livre, un film, un goûter, une balade, ce sont le genre de choses qui rythment nos journées. Et qui nous font passer souvent pour des gens ennuyeux mais c’est une autre histoire…

Et puis maintenant, nous sommes en automne, les journées sont fraîches, plus courtes mais oh combien plus cocooning, enfin chez nous hein. Bougies, plaids tout ça tout ça. Automne mon amour !

Voici donc aujourd’hui quelques liens que j’avais envie de partager. Je ne suis pas une grande consommatrice d’internet mais parfois quand j’y traîne un peu, je lis ou découvre des choses que j’ai envie de partager et n’ayant pas facebook (si si c’est possible), je les partage donc ici et puis je crois qu’on partage beaucoup plus sur un blog qu’avec facebook…

Inspirations blog

  • Tout d’abord, un petit article pour faire pousser des noyaux d’avocats. J’en ai trois à la maison, je crois que j’ai développé une certaine addiction. Je ne compte le nombre de noyaux qui ont littéralement pourris le cul dans l’eau…jusqu’au jour où je me suis dis qu’après tout, j’avais qu’à les mettre directement en terre et les oublier, bien m’en a pris, ça a poussé tout seul. Comme indiqué dans l’article, moi ça m’a paru être une évidence, il faut bien laver (à l’eau!) son noyau et le laisser sécher avant de le mettre en terre. A vous de tester maintenant.

 

  • Un article de Slate que je ne me lasse pas de partager sur ce qu’on appelle les nouveaux écolos. Notre petite planète va mal, je crois que tout le monde le sait mais qu’on est pas assez à essayer chacun à notre niveau de faire ce que l’on peut. Chaque petit geste compte pourtant. Et si ce n’est pas déjà fait, je vous conseille de regarder et lire Demain (film et livre)

 

  • Vendredi j’ai décidé de m’attaquer au tricot de mon nouveau pull, il faut dire que j’ai pas mal de modèles tricots en stock (et je parle même pas des patrons de couture…) C’est le Il Grande Favorito qu’on ne présente plus qui a été élu. J’avais la laine en stock (enfin j’espère surtout en avoir assez) et j’ai même fait l’échantillon première grande première pour moi et seconde grande première c’est aussi mon premier tricot en circulaire. J’ai bien fouiné internet et je suis tombé sur cet article, peut-être que ça pourra en aider parmis vous si certaines souhaites se lancer aussi dans l’aventure.

 

  • Comme je vous le disais au tout début, c’est le retour de l’automne et avec lui le cocooning et donc les bougies, sujette aux migraines, j’ai beaucoup de mal à supporter les odeurs. Les bougies parfumées ont désertées notre petit cocon, mais comme j’adore les bougies, pour y remédier, rien de tel que des bougies maison avec de bons produits. J’ai trouvé ce petit tuto sympa et très simple à faire et surtout qui ne demande pas beaucoup d’ingrédients. A noter que si vous habitez Orléans, la boutique de miel (dont le nom m’échappe) rue Bannier vend des pains de cire d’abeille de 200g pour 6€ et des feuilles de cire d’abeille, à vous de voir.

 

  • Et enfin pour finir aujourd’hui, un film. Un joli film anglais, qui ne demande pas beaucoup de réfléchir (et ça n’a rien de péjoratif, bien au contraire…), une belle histoire, de beaux décors, bref, ici on l’a beaucoup aimé.

 

Voilà pour cette fois, je vous laisse profiter de votre dimanche qui je l’espère sera aussi doux que le notre.